Partons d’un constat très simple : fermez les yeux (détendez-vous-respirez-faites-moi-un-virement) et demandez-vous : quelles sont les personnes dont vous respectez l’opinion musicale ? Qui, dans votre entourage, a le plus de légitimité à passer de la musique en soirée ? Qui passe pour avoir la culture musicale la plus impressionnante et la plus cool ? Plus généralement, qui, lorsque vous êtes avec vos potes, parle de musique et vous fait découvrir de la musique ? Qui, encore, écoute des musiques « inécoutables », loin de la pop et autres mélodies mainstream ? C’est, bon, vous les avez ? Maintenant, essayez de répondre à cette dernière question : ces personnes là sont-elles, majoritairement, des hommes ? Si vous pouvez répondre par l’affirmative à cette dernière question, alors bienvenue, c’est exactement le cœur de notre sujet.

Si vous avez lu notre article de la semaine dernière, vous êtes au courant du déséquilibre abyssal qu’il existe lorsque l’on se penche sur des questions de genre au sein des artistes musicaux. Ce n’est pas nouveau, notre histoire musicale est sexiste et a effacé les artistes féminines qui ont travaillé à sa gloire. En 2019, ce fossé est loin d’être comblé et les statistiques demeurent accablantes : on peut rappeler qu’en 2015, parmi les compositeurs inscrits à la SACEM, seulement 8% étaient des compositrices, en 2016, on ne trouve que 10% des scènes de musiques actuelles dirigées par des femmes, et les enseignantes de musique dans les conservatoires ne représentent que 13% du corps professoral en 2012. Plus globalement, si l’on en croit les statistiques de spotify en 2019, sur la plateforme, seulement 22,2% des artistes streamés sont des femmes.

Dans les faiseurs.euses de musique, le déséquilibre est toujours présent. Mais qu’en est-il lorsque l’on passe de l’autre côté de la scène, vers le parterre, et que l’on s’intéresse au public ? La consommation musicale est-elle autant genrée que ne l’est sa production ? Hommes et femmes écoutent-ils autant de musique l’un que l’autre ? Et surtout, ont-ils la même pratique de l’écoute musicale et la même légitimité dans l’élaboration de leurs goûts ?

« Why your girlfriend has bad taste in music ? »

La semaine passée, en prévision des réjouissances estivales, Topito nous gratifiait d’un montage sur les connard.sses de festivalier.ères que nous sommes. Ce tableau à double entrée campe chaque genre dans des attitudes bien définies. Si l’on est un homme, on peut s’identifier aux travers virils du festivalier : celui qui en profite pour se faire un peu de moula ou encore pour se fracasser la tête et montrer qu’il encaisse, et si l’on est une femme, on se reconnaît dans la superficialité de « celle » dont le stéréotype souligne que, décidément, elle n’y connait rien à la musique : elle confond le festival avec une fashion week, ou elle fait semblant de connaître un groupe en s’affichant sur les épaules de son pote. Ce bouquet de stéréotypes fleure bon les préjugés : ce public de festival, pour la moitié féminin, a tendance à prendre avec superficialité un art dont la complexité les dépasse.

Il fait écho aux plus belles interrogations métaphysiques qu’a pu produire internet sur le sujet, questionnements dont on ne résiste pas à vous mettre quelques extraits :

D’où vient ce préjugé ? Pourquoi 51% de la planète aurait, à quelques exceptions près, une oreille musicale pauvre, et les 49% restants seraient plus aptes à apprécier la musique ? Si le public des grands festivals est à peu près équitablement genré, où sont les femmes dans les concerts de drone, de black métal ou de n’importe quelle musique de niche ? Où sont-elles également dans les rédactions qui font de la critique musicale ?

Les filles écoutent plus de musique que les garçons

Pourtant si l’on en croit une étude menée par Sylvie Octobre sur des enfants et des adolescents de 11 à 17 ans, les filles profitent de trajectoires culturelles plus favorables que les garçons, dont la musique fait partie. En effet, les filles bénéficient de ce qu’on a appelé en sociologie la « culture de la chambre », à savoir le développement d’activités qui sont réalisables seules, dans le cadre de la maison familiale. Dès 13 ans, on constate que la moitié d’entre elles écoutent la radio et de la musique tous les jours, alors que cela ne concerne que 27% de leurs homologues masculins. Elles se révèlent aussi être durablement davantage attachées à cette consommation musicale que les garçons, comme le montre cette enquête qui mesure le pourcentage de sujets déclarant que la musique leur manquerait beaucoup s’ils/elles en étaient privé.e.s :

Les filles sont aussi plus précoces quant à la fréquentation des concerts et des spectacles : à 11 ans, 46% d’entre elles ont déjà fait cette expérience contre 36% des garçons. Sylvie Octobre explique alors que l’exemple de la musique est central pour comprendre les dynamiques de constitution genrées de l’identité : elle mobilise ce que l’on appelle un ensemble de « savoir minuscules » qui sont des attributs perçus comme féminin. Ces « savoirs minuscules » regroupent la connaissance des genres et des sous-genres musicaux, ainsi que des univers qui leurs sont rattachés (codes vestimentaires et capillaires, connaissance des paroles de chanson et mêmes des chorégraphies qui les accompagnent).

Selon les études de Sylvie Octobre, ce goût pour la culture est l’objet d’une transmission mère-fille. On constate en effet que le facteur le plus discriminant en terme de trajectoire culturelle est le diplôme de la mère : ce sont les mères qui amènent les enfants au spectacle, au concert, au musée. Ce sont elles aussi qui vont faire écouter de la musique à leurs enfants. Le lien culturel est alors profondément « féminin », et les filles bénéficient de davantage d’attentions éducatives culturelles. A l’issu de cette étude, on constate alors que les ¾ des sujets présentant une trajectoire culturelle très favorable sont des filles, et les ¾ des sujets présentant une trajectoire culturelle très défavorable sont des garçons.

Dès lors, pourquoi, alors même que les filles ont dès leur plus jeune âge un contact plus fouillé et durable à la musique que les garçons, l’on retrouve, passé l’adolescence, une asymétrie renversée dans la légitimité à écouter et à parler de musique ?

« Music always comes from men »

Dans un article du Telegraph de 2014, Bibi Lynch se demande : « Are men more passionate about music than woman are ? » alors qu’elle interviewe une photographe qui lâche, au détour d’une conversation en off, que « la musique vient toujours des hommes n’est-ce pas ? ». Cette photographe lui explique ensuite que « [ses] goûts musicaux ont été formés par des hommes », par son père qui était passionné de jazz, puis son ex-mari qui écoutait de l’opéra. L’autrice de l’article, après un premier mouvement de recul, se met à réfléchir sur celles et ceux qui lui ont apporté sa propre culture musicale et conclu :

A part ma mère (…) je ne crois pas qu’aucune femme m’ait fait « découvrir » de nouvelles musiques. J’ai fréquenté des hommes A&R et journalistes musicaux – et d’autres qui n’avaient rien à voir avec l’industrie musicale – qui m’ont fait connaître des sons/artistes/groupes totalement différents, mais est-ce que cela a déjà été le cas avec une de mes amies femme ? Pas une seule fois.

En revanche, je me souviens être étendue sur un lit avec mon ex, alors qu’il jouait le sublime titre de Donny Hathaway « Someday We’ll All Be Free », et pleurer d’émotion […]. Ou encore d’écouter une compil que mon ami Graham m’avait faite, à la suite de quoi j’ai cherché/acheté/écouté absolument TOUTES les chanson qu’Anita Baker, Prince et Phyllis Hyman avait enregistrées. Et même, pas plus tard que ce lundi, un ami qui m’a suggéré d’ajouter « Shelter Song » de Temples à ma playlist, et je l’écoute en boucle depuis.

Pourquoi ça ? Pourquoi est-ce que ce sont les hommes qui font ma musique ? Enfin, pas vraiment, c’est moi qui forge mes goûts musicaux, mais pourquoi est-ce que j’ « absorbe » plus facilement ceux des hommes que ceux des femmes ?

Combien de femmes peuvent se reconnaître dans ce témoignage et avoir intégré l’idée que la part intellectuelle et légitime du goût musical est portée par des hommes ? Si on essaie de tirer les fils de la construction de cette légitimité du goût musical, on s’aperçoit bien vite de la complexité qui la sous-tend. On y retrouve à la fois des mécanismes de la domination masculine inhérents à notre société, mais aussi des dynamiques propres à la perception sociale de la musique.

La musique : un espace privilégié de la domination masculine

Dans La Distinction, Bourdieu explique qu’il « n’y a rien qui, autant que les goûts en musique, permettent d’affirmer sa classe, rien par quoi on soit aussi infailliblement classé, c’est bien sûr qu’il n’est pas de pratique si classante ». Dans cette phrase, il serait possible de remplacer « classe » par « genre ». Dis moi ce que tu écoutes, et je te dirai à quel genre tu es assigné.e. Cet aspect social « infaillible » et singulier du goût musical, Bourdieu l’explique par le fonctionnement même de la musique :

Mais c’est aussi que l’exhibition de la « culture musicale » n’est pas une parade culturelle comme les autres : dans sa définition sociale, la « culture musicale » est autre chose qu’une simple somme de savoirs et d’expériences assortie de l’aptitude à discourir à leurs propos. La musique est le plus spiritualiste des arts de l’esprit et l’amour de la musique une garantie de « spiritualité ».

Autrement dit, la musique a cela de spécial face aux autres pratiques culturelles, qu’elle est garante dans l’imaginaire commun d’une des formes les plus élevées de notre intellect. Cela en fait donc un espace privilégié d’expression de la domination masculine.

La naturalisation des goûts musicaux

De fait, dans l’étude de Sylvie Octobre, il existe un dernier facteur de distinction des pratiques musicales entre filles et garçons : celui du genre de musique. La sociologue constate donc que les filles, de 11 à 17 ans, vont écouter de la chanson française, du R’nB ou du rock français pour les classes les moins populaires (ce qui ré-interprète leur goût pour la chanson), alors que les garçons, vont concentrer leur écoute musicale sur du rap, du hard-rock, du punk et du métal.

Ces deux « habitus » se retrouvent dans toutes les études récentes sur le partage genré des goûts musicaux. Selon la dernière enquête du ministère de la culture sur les pratiques culturelles des français, ces dispositions musicales qui sont mises en place dans l’enfance ne bougent presque pas à l’âge adulte. La musique la plus consommée par les femmes est la variété française et internationale, tandis qu’on retrouve un pourcentage significativement plus important d’hommes dans l’écoute du rap, de métal, de hard rock et de musique électronique.

Si cette répartition semble à ce point ancrée dans nos pratiques culturelles, c’est qu’elle est l’objet d’un discours naturalisant sur le genre. Marie Buscatto dans son article « La culture, c’est (aussi) une question de genre », explique que ces pratiques culturelles sont vécues par les protagonistes comme toutes naturelles. Pour les filles et les garçons qui font l’objet de l’enquête dans l’article, leur goût musical et leur genre de musique préféré est l’expression de leur intériorité profonde et de leur identité de genre pensée comme biologique. Ainsi, on s’aperçoit que si ce modèle est à ce point prégnant, c’est parce que ses mécanismes et ses dynamiques ne sont pas questionnés : ils paraissent invisibles tant ils sont marqués du sceau d’une évidence naturelle.

Des « savoirs minuscules » aux « savoirs nobles »

Cette évidence de naturalité répète toujours les mêmes mécanisme de la domination masculine : d’un côté les femmes auraient une approche sensible de la musique, par le « coeur », d’où leur amour pour les mélodies simples et les textes accessibles, et de l’autre les hommes auraient une approche intellectuelle de la musique, d’où leur capacité à écouter des musiques considérées comme complexes et leur légitimité à produire un discours rationnel dessus.

En effet, depuis leur plus jeune âge, les filles sont habituées à penser la musique à travers le prisme de « savoirs minuscules », qui sont perçus comme des savoirs secondaires. Alors que les hommes vont se saisir de la musique à travers ce que Bourdieu appelle la « noblesse » inhérente à la masculinité, c’est-à-dire le rassemblement d’un certain nombre de privilèges, notamment celui de l’assurance de la parole et la légitimité à la porter. Ces « savoirs minuscules » deviennent alors des « savoirs nobles », attributs virils par excellence.

Dès lors, il est plus facile de comprendre comment la musique tout particulièrement se constitue comme un terrain d’expression privilégié de la masculinité : c’est l’art le plus classant, perçu comme le plus valorisant du point de vue de l’esprit, dans lequel la masculinité peut affirmer des attributs qui lui sont accolés par un biais naturaliste : la capacité de rationalisation et d’intellectualisation de l’objet.

Cette dynamique, si elle prévaut dans le cadre de l’intime, au sein des familles comme des groupes sociaux, se confirme aussi dans le cadre professionnel. En effet, et ce sera là le dernier point de notre article, ce sont les hommes qui ont le monopole du discours dans le journalisme musical.

Les femmes : grandes absentes du journalisme musical

Si l’on se penche sur les chiffres, non seulement les femmes sont rares au sein des artistes musicaux, mais elles le sont encore plus dans la critique musicale. La critique musicale a derrière elle une longue histoire sexiste, et s’est construite autour de la parole des hommes et en la constituant comme un lieu d’attributs virils. En août 2018, la journaliste Jessica Hooper publiait une enquête sur la place des femmes dans le magazine Rolling Stone : « It was us against those guys », dont le titre parle de lui-même. Elle y interviewe les six premières femmes ayant réussi à se faire embaucher par le magazine dans les années 70, et les difficultés qu’elles y ont rencontrés. Elles y relatent les refus catégoriques de la part de leurs confrères d’accorder de la valeur à leur parole et le discrédit rapide dont elles ont été l’objet en étant comparées à des groupies ou des « fangirls ». L’obsession musicale d’un homme pour un groupe ou un musicien est conçue comme une forme d’expertise, alors que celle d’une femme est perçue comme superficielle et vénale.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’écart n’est pas prêt de se résorber. Un récent article d’André Doehring (Male Journalists as « artists » : The Ideological production of recent popular music journalism), montre même que la part des femmes journalistes musicales décroit depuis les années 80. A la fin des années 80 aux Etats Unis, elles étaient 23% à contribuer à la rédaction de critiques dans les magazines de musiques actuelles, elles représentent au début des années 2010 seulement 15% des contributeurs.trices. En 2015 en Allemagne, parmi les rédacteurs des magazines de musiques actuelles, seulement 1 sur 10 est une rédactrice et il n’existe aucune rédactrice en chef. Doehring souligne par ailleurs que c’est là une dynamique toute propre au journalisme musical, alors que les autres secteurs journalistiques voient la proportion de femmes au sein de leur rédaction se développer.